© ?La côte 304 est une petite colline au nord-ouest de Verdun. La nature a recouvert ses flanc d’une forêt dense et silencieuse . Lorsqu’on la regarde de loin elle ressemble à tous ces mouvements de terrain qui parsèment la région.  Elle serait un fort agréable lieu de promenade, mais lorsque l’on s’approche, les sous-bois révèlent une terrible histoire . On y distingue facilement des cratères d’obus, des tranchées et des barbelés rouillés. On ne peut sortir des chemins balisés, au risque de tomber sur une munition non explosée, vestige des combats terribles qui s’y sont déroulés à partir de 1916. Sa position à l’ouest et son altitude lui confère une position idéale pour observer le champ de bataille de Verdun, la vallée d’Esne au Sud, les village de Malancourt et Hautcourt au nord, elle est surtout une position de tir stratégique pour contrôler les combats se déroulant au « Mort Homme » à l’est. C’est sans doute pour cette raison que le commandement allemand va s’acharner à y envoyer des troupes pour capturer son sommet, l’écraser sous des barrages d’artillerie incessants, et que les Français vont y résister au prix de 10 000 morts en 300 jours de combats. Parmis ces soldats français se trouvait mon arrière grand père, Gustave Sagnes, du 55 ème régiment d’infanterie, blèssé mortellement sur cette colline le 3 juin 1916.